Accident Vasculaire Cérébral | Acouphènes
Des textes pour pas grand chose

Ma voisine

Ma voisine Ma voisine, c'est la petite brune qu'habite la porte en face, à côté de l'escalier. Ma voisine, c'est un rayon de soleil qui vient prendre le café tous les matins des week-ends et aussi les jours fériés. Elle dit qu'elle trouve cela agréable chez moi, elle dit qu'elle aime s'enfoncer dans le canapé et s'imaginer les yeux fermés qu'elle habite au coeur de la forêt. Ça lui fait cet effet-là mon petit jardin d'intérieur que je passe mon temps à arroser.
Ma voisine, je l'ai rencontrée un jour en fin de matinée, en allant faire mes courses au marché d'à côté. Je venais d'emménager. Enervée, elle montait l'escalier les bras chargés des quelques trois ans qu'elle avait passé avec un être qu'elle se refuse à nommer désormais. Ça y allait de deux sacs de fringues et d'un carton débordant de bibelots et d'objets féminins qui viennent toujours encombrer les salles de bains quand Elles décident d'envahir nos quotidiens avec des airs d'espérer un jour définitivement s'y installer.
- J'peux vous aider ?
Elle n'était qu'à la moitié des marches quand je l'ai interpellée. Elle avait vraiment l'air d'en baver.
- Poussez-vous ! elle a dit méchamment, la voix pleine de rancoeur, en fonçant droit devant et en m'envoyant m'écraser contre le mur pour la laisser passer.
Lescalier est très étroit faut préciser, du genre vieil escalier de vieille maison bourgeoise dans un style purement parisien qu'on ne rénove jamais. Evidemment, à nous deux et avec son barda qu'elle s'obstinait à vouloir porter seule, ça pouvait pas coller.
- Mais poussez-vous, merde ! elle s'est énervée.
Je l'ai trouvée ravissante avec ses traits tirés, mais c'était pas trop le moment de la complimenter.
Bloquée, elle a voulu tirer un de ses sacs brusquement quand j'ai essayé de dégager. Je me suis pris le pied dedans sans faire exprès. Rouge marteau, elle a pivoté et le carton débordant est tombé. J'ai tendu un bras, un deuxième, mais avec un seul appui sur le plancher des vaches je pouvais pas lutter. Je suis parti en arrière, le carton attrapé à la volée mais la rampe ratée. Je me suis écrasé dix marches plus bas entre les produits de beauté, trois ou quatre babioles, une brosse et une brochure de pubs sur des canapés. Elle adore les canapés. Elle dit souvent que si elle pouvait, elle les collectionnerait. Elle a posé ses sacs, a dévalé les escaliers, a ramassé son bordel, m'a traité de crétin et puis elle est remontée.
J'ai halluciné.

Ma voisine, c'est le samedi suivant qu'elle est venue s'excuser. Elle a sonné à ma porte les bras encore chargés, tout sourire, une verseuse de café dans une main et dans l'autre des croissants tout un paquet. Elle m'a réveillé. La grâce matinée, le week-end, pour moi, c'est sacré. Et puis j'ai jamais trop pris l'habitude d'ouvrir les yeux dès le soleil levé.
Ma voisine, c'est elle qui a halluciné quand elle m'a découvert emplâtré du bras les yeux écarquillés.
- C'est moi ? elle a demandé.
J'ai haussé les épaules et je l'ai invitée à entrer.

Ma voisine, elle aime bien venir chez moi, elle a sa place sur mon canapé. Elle est comme un oiseau, comme ceux qui chantent sur le CD « ambiance forêt » qu'elle m'a achetée. Elle dit que ça me va bien, elle dit que j'aurais dû être garde forestier.
Ma voisine et moi, on a discuté des heures entières quand elle est venue s'excuser. Elle parlait, elle parlait... et puis elle allait nous refaire un café et puis elle revenait. Elle me racontait sa vie comme si elle avait besoin de se confier. Elle était un peu ailleurs, elle parlait les yeux fermés.
Ma voisine, elle ne veut plus d'amour, elle dit qu'elle en a trop bavé. Elle voudrait juste un ami et puis vivre un peu à ses côtés, avoir un peu de temps à lui consacrer et puis se sentir juste un peu aimée. Elle dit qu'après tout, c'est l'essentiel, et qu'on n'est pas forcément toujours obligé d'aller chercher ce que de toute façon on est plus capable de donner. Elle dit que ça disparaîtra l'amour, elle dit que c'est à cause de la société. Alors elle croit que ça suffit largement l'amitié, et que ça peu combler le reste du vide que l'amour peut apporter. Elle ne croit plus pouvoir trop aimer. Elle dit peut-être vrai.
Ma voisine, elle est un peu étrange, elle a comme ça des idées sur la vie qu'elle veut toujours me faire partager. Alors je l'écoute, je l'écoute des heures entières, et c'est tout un plaisir dont je ne saurais me rassasier, surtout quand dans sa voix elle met de la gaieté. On y passe tous nos matins de week-ends et aussi les jours fériés, moi à l'écouter, elle à nous raconter. On en a fait un rituel que l'on entame au café et que l'on termine à déjeuner. Je lui fais des petits plats qu'elle me dit forts apprécier.

Ma voisine, elle a de longs cheveux ondulés et bruns qu'elle laisse reposer sur ses épaules légèrement halées. Elle a un regard profond, des yeux noirs fantastiques dans lesquels je n'ose jamais trop me plonger. Je suis souvent trop intimidé.
Ma voisine, elle a cette légèreté des abeilles qu'elle affine comme des ailes dans de jolies petites robes d'été pleines de fleurs que vient souligner le soleil qui la caresse quand elle s'installe dans mon canapé. C'est parce que j'ai une grande baie vitrée. Elle dit qu'elle adore quand le soleil vient la caresser. Elle dit que ça vaut bien toute la tendresse dont on pourrait la combler.

Ma voisine, elle est venue un soir chez moi très attristée. Dans mon lit, moi j'attendais le sommeil en regardant la télé. C'était une émission débile que je n'oserais citer, mais c'est une salle habitude que j'ai de ne pouvoir m'en passer. Alors je lui ai fait une petite place et nous avons discuté. Elle en avait après tous les mecs qu'elle disait qu'il ne pense toujours qu'à draguer pour baiser. Ça venait de lui arriver. Elle avait rencontré un beau jeune homme qui l'avait invité à dîner. Puis il l'avait raccompagnée, avait voulu entrer et avait commencé à l'embobiner. Mais c'était pas ça qui l'avait dérangée. A la rigueur, elle savait comment ç'aurait pu se terminer. Elle avait vu et elle savait comment il aurait pu la désirer. Non, ce qui l'avait gêné c'est qu'elle en avait eu aussi envie et qu'elle se le refusait.
Ma voisine, elle a dit qu'elle ne comprenait plus, elle a dit qu'elle ne voulait plus y penser mais que ça finissait trop par l'obséder. Et puis elle a dit qu'elle en avait mare de se caresser, comme ça, tout à coup, sans oser me regarder.
Ma voisine, elle m'a demandé comment moi je faisais. Elle a voulu savoir comment je vivais seul, comment je pouvais faire pour ne pas désirer quelqu'un à aimer. J'ai dit que j'avais été comme elle, qu'un jour j'en avais trop bavé, et que la solitude, on finit toujours par s'y habituer.
Ma voisine, elle a voulu alors savoir si je pouvais réellement m'en passer. Elle parlait du sexe évidemment, et moi, je faisais comme si de rien n'était. Je paraissais ne pas comprendre et ça la gênait un peu de préciser. Faut dire que ça m'amusait de la voir embarrassée.
Ma voisine, elle a finit par demander carrément si je me branlais. Elle en était rouge pivoine et ça m'a fait rigoler. J'ai dit que ça m'arrivait quelquefois, que quand on se réveille le matin et qu'on a le membre dressé on peut pas trop résister. J'ai dit aussi que pour peu qu'on a quelqu'un dans nos pensées on peut pas trop lutter, mais j'ai pas précisé de qui il s'agissait.
Ma voisine, ça l'a un peu rassurée. Elle s'est excusée de m'avoir importuné comme ça un soir et elle est rentrée chez elle se coucher. Moi, tout cela m'a fait rêver.

Ma voisine, elle est venue comme d'habitude pour le café le samedi suivant, installée confortablement dans le canapé, habillée joliment d'une ravissante petite robe d'été. Moi, en caleçon et tee-shirt, je sortais tout frai de la douche et quand elle m'a vu j'ai fait encore comme si de rien était. Elle avait les clés de chez moi, j'ai oublié de préciser. J'avais fini par les lui donner, pour qu'elle fasse chez moi comme si elle y habitait. Alors elle y venait quand elle le voulait. Parfois même, elle arrivait quand j'étais pas encore prêt. J'ai pas été m'habiller et je suis venu m'asseoir à ses côtés.
Ma voisine, après une première gorgée de café, encore d'un coup elle m'a demandé si je venais de me masturber. J'ai voulu savoir ce que ça pouvait bien lui faire, mais j'ai finalement déclaré que je ne l'avais pas fait. Quand elle m'a demandé pourquoi, j'ai dit que ça dépendait de l'heure à laquelle je me réveillais, qu'en général le week-end je dormais moins (parce que c'était elle qui me réveillait) et que de ce coup-là j'ouvrais les yeux avant l'heure de bander.
Ma voisine, elle a eu une idée curieuse, elle m'a demandé si ça me dérangerait pas si on se caressait. Parce que j'étais au moins un minimum intéressé, j'ai pas voulu lui paraître choqué. J'ai dit que si ça lui plaisait, on pourrait faire ce qu'elle voudrait. Elle a ajouté qu'avec moi ce serait moins compliqué et que, puisqu'on était ami, elle aurait pas vraiment à s'attacher.
Ma voisine, elle a levé d'une main légère sa petite robe et entre ses jambes ma main elle y a posée. Puis d'un soupir elle a pris mon sexe entre ses doigts, a baissé la tête et elle a commencé à me sucer.

Depuis, quand elle débarque chez moi tous les matins des week-ends et aussi les jours fériés, ma voisine et moi on n'arrête pas de baiser.
Moi, ce qui me dérange dans tout ça, c'est qu'elle veut pas se laisser sodomiser.