Accident Vasculaire Cérébral | Acouphènes
Des textes pour pas grand chose

C'est fini

c'est finiC'est cet endroit qu'elle apprécie. C'est un tout petit lac bordé de grands pins sylvestres, quelque part, tout près d'une petite ville des montagnes. Y'a deux petites îles qui se dessinent au loin, comme des fantômes surgissant de la brume flottant à la surface de l'eau chaque matin. Et puis il y a un vieux ponton de bois mal en point. Autrefois, quelques pécheurs y accostaient leur barque. Car c'est un endroit un peu oublié. On dit que son eau y est très polluée. Et puis c'est l'automne aussi, il fait frais.
Eélle, elle a mal dormi. Très tôt, aux aurores, lassée d'être plongée dans ses pensées les yeux fixés sur les irrégularités du plafond, après un profond soupir elle s'est assise sur le bord de son lit. Puis elle s'est courbée, elle a plongé son visage dans ses mains, elle a pris une grande inspiration et puis elle s'est levée. Elle a marché jusqu'à la fenêtre, elle a ouvert juste un peu le rideau et elle a regardé dehors. Une pluie fine baignait l'atmosphère de la rue. Une vieille dame promenait son vieux chien, abritée sous son parapluie, un grand manteau juste posé sur une vieille robe de chambre aux couleurs passées.
Elle, d'un geste lent elle a ôté le tee-shirt qu'elle avait mis pour dormir, puis elle l'a abandonné sur le sol. Elle a trouvé un pull léger, l'a enfilé, un autre beaucoup plus chaud, a fait de même, puis elle s'est dégotée une vielle paire de chaussettes qui traînait dans un coin. Ça l'a laissé songeuse. Ça évoquait ces retrouvailles où l'on se jette sur l'autre, où on se déshabille sauvagement, où on squatte la chambre des jours entiers sans mettre le nez dehors. Sur une chaise près d'un mur, elle a récupéré son jean, elle a glissé ses jambes dedans lentement, elle a bouclé sa ceinture les yeux dans le vide. Puis elle a quitté la chambre, elle s'est dirigée vers le bout du couloir, elle s'est assise à même le sol de dalles froides, elle a enfilé ses chaussures, les a lassées nonchalamment, elle a pris son grand manteau d'hiver accroché près de la porte puis elle est sortie.
La pluie fine, c'était une caresse, une caresse un peu fraîche sur son visage, un peu triste aussi, mais une caresse tout de même, tendre, rassurante. La petite ville comme le soleil semblait tarder à pénétrer la journée, comme si, tous, ils étaient fatigués chaque jour de recommencer.
Enfoncée dans son manteau, elle marchait lentement. Elle allait par une petite rue qui s'écartait plus loin des habitations, quittait définitivement cette petite ville, se faisait sinueuse, bordait une forêt de pins puis un petit lac, gravissait quelques altitudes légères, traversait de petits villages, retrouvait une nationale et puis c'était Annecy. C'était une petite route agréable.
Aujourd'hui, ce jour-là, elle la suivait comme un automate, absorbée par ses pensées, par ses doutes, mais elle savait où elle allait. Elle marchait au beau milieu du chemin. C'était pas grave. Personne d'autres n'y passait, il était encore très tôt, même si enfin le jour se levait.
Les mains dans ses poches, elle serrait son manteau contre son corps. Elle avait un peu froid. Et puis elle jouait de ses doigts avec un briquet. C'était pas le sien ce briquet. C'était un de ses restes de vie commune. Ça évoquait encore une image qui disait tout, qui résumait tout, mais c'était pas assez… pas assez… elle ne savait trop quoi !
Et puis il y eut les premiers virages, il y eut le vieux terrain de camping aujourd'hui fermé, deux immeubles en travaux jamais terminés, une petite montée, la petite forêt de pins, le petit croisement qui donne un autre chemin qui mène à la piscine plus loin, mais borde d'abord le petit lac pollué.

Ce petit lac, ce petit étang, c'est cet endroit un peu oublié que tout le monde semble bouder. Ça l'a laissé songeuse, ça lui a laissé un goût amer. Elle y voyait encore sa tendre enfance passée sur ses bords, tous les enfants qui s'y baignaient, les mères qui papotaient en les surveillant et puis les pères qui y pêchaient. C'est un endroit un peu oublié. Tous les jeunes sont partis, plus aucun vacancier ne vient non plus. Ça fait parti des souvenirs. C'est comme tout : ça se perd dans le passé, ça jaunit des photos.
Pourtant, c'était son coin préféré.
Alors elle a quitté l'autre chemin pour fouler l'herbe humide et atteindre l'eau plus bas. Un instant, elle s'est arrêtée, elle a regardé ses pieds. Le daim de ses chaussures avait pris une teinte foncé mais c'était pas grave. Elle aurait juste les pieds un peu mouillés.
Et puis elle est arrivée au ponton. En son centre, debout, elle y a retrouvé ses pensées.
Certains matins d'été ou de plein hiver, y'a de jolis levés de soleils avec du ciel et des nuages oranges et rouges derrière et au dessus de la petite montagne en face, de l'autre côté du lac, de l'autre côté de la nationale qu'on aperçoit au loin.
Elle se rappelle ce soir d'été. Elle était étendue là, avec lui, ce genre de romances qu'on oublie jamais. C'était il y a quelques années. C'était en plein été. Allongés à même les vieilles planches, ils regardaient la Grande Ourse que traversaient parfois quelques étoiles filantes à en faire des voeux d'éternité. C'était la mi-août, la période où il y en a beaucoup. Ils avaient passé la nuit à les compter. Et puis c'était la nuit où chaque année c'est la fête au bord du lac, à Annecy. C'est toujours une nuit particulière parce qu'on voit des lueurs se dessiner au haut de la montagne en face. C'est le grand feu d'artifice là-bas, sur le lac. Même à 18 kilomètres ça se laisse deviner.
Et puis il l'avait embrassée. Il avait fait de cette nuit le début d'un rêve où elle n'aurait jamais voulu se réveiller. Et ils avaient passé cette nuit ainsi, à s'embrasser, à se révéler. Et puis il y avait eu ce levé de soleil avec du ciel et des nuages oranges et rouges derrière et au dessus de la petite montagne en face. Elle avait jamais songé avant à le regarder. Ça faisait partie de son univers, de cet univers qu'on est même plus capable d'apprécier.
Parce qu'elle pensait cela, debout sur le ponton, à essayer d'apercevoir la crête de cette petite montagne que la brume lui cachait. Et puis il y avait cette petite pluie, puis le froid.
Elle a frissonné. C'était même pas le froid qui la gênait. C'était de revenir là après toutes ces années. C'était d'être dans cet endroit et de ne plus rien y découvrir du passé, de ne plus rien pouvoir en goûter. C'était cette vie-là, ce ridicule écoulement du temps qui écrase la vie à jamais, la flétrit puis l'abandonne. Ouais ! C'était ça. Elle y pouvait rien. Personne n'y pouvait rien.
Et de cela à en vouloir trouver des raisons, expliquer, choisir les mots qui conviennent, les bons, puis parler, achever, abattre d'un grand coup de hache le petit arbre qu'on a fait pousser, écraser, piétiner. Elle aurait dit que c'était comme ça, qu'elle pouvait rien y faire. C'était ridicule. Ses yeux s'embrumaient, sa gorge se nouait, c'était ridicule. Elle pleurait. Elle pleurait parce que c'était ridicule. Parce que résumer tout cela à quelques mots, quelques lettres… Parce que c'était comme ça, parce que c'était tout cela, tout et juste cela. Parce que c'était sa vie, parce que c'était leur vie, parce qu'ils auraient voulu qu'elle soit particulière, mais parce que c'est comme dans un film, que tu remplaces les acteurs par des autres, tu les remplaces par deux autres que tu prends au hasard, un autre couple, et puis c'est pareil. Parce que c'est comme ça pour tout le monde, parce qu'il ne faudrait même pas commencer. Ouais ! C'était ça ! Il ne fallait même pas commencer. Et puis il n'y avait rien à faire, rien d'intéressant à vivre. Parce que ça servait à rien, parce que ça ne menait à rien, parce que ça se terminait de toute façon et qu'on allait cacher ça deux mètres sous terre, des photos jaunies enfermées dans une boite, une boite enfermée dans un placard, dans une armoire, avec une paire ou deux de draps posés dessus. Et puis parce que ces draps sont pareils, qu'ils accueillent l'un avec l'autre avec une uniformité dont ils se moquent éperdument, quel que soit l'autre, passé, présent, avenir… Parce qu'ils en vieillissent aussi, qu'on n'ose même pas les jeter, qu'on les conserve, peut-être juste par nostalgie, qu'on les enferme dans un placard, dans une armoire, parce qu'on s'en sert ensuite pour cacher, masquer, enfouir le passé, enfouir le passé sous le passé lui-même, tuer l'amour, l'étouffer de lui-même, par lui-même, par ce qui en conserve les traces les plus ardentes, les souvenirs les plus intenses, les marques les plus chaudes, les plus cruelles. C'était ça le briquet, même si c'était une mauvaise image : plus de gaz, plus rien à en faire d'autre que de le garder dans un coin, dans une boite, comme une photo jaunie, et puis le balancer un jour, ou le balancer tout court.
C'était ça même cet endroit. C'était un reste inutile. Un jour, on le comblerait, on y construirait quelque chose ou on laisserait l'eau croupir, pourrir, et plus personne n'y viendrait. Et puis plus personne n'y vient, plus personne n'en à rien à faire, on le laisse là parce qu'il est là mais on s'en fout. Il est fini. Ils sont finis eux aussi, tous ces instants, tous ces moments délicats et beau qui se ternissent à force d'être là, d'être comme cette eau que rien ne vient troubler, qui croupie, qui pourrie, qu'il faut oublier.
C'était cela. Elle ne l'aimait plus. Elle y pouvait rien. C'était venu comme ça, parce que ça vient toujours comme ça, à cause du temps, à cause des habitudes. C'était ridicule, mais elle y pouvait rien.
C'était fini.
Alors elle sortit le briquet de sa poche, le regarda un instant en le faisant tourner délicatement entre ses doigts, puis elle le jeta au loin, à l'eau. Ça fit des cercles concentriques qui perdirent d'intensité à force de grandir, puis il n'y en eut plus. Alors elle tourna le dos au lac et elle rentra.