Accident Vasculaire Cérébral
Les Chroniques du ND

 post du jeudi 27 mai 2004, 1h19 am

« Saaaaab ? »
Tu as raison Sab, l'horizon c'est obscurcit, puis la pluie c'est mise à tomber.
« Saaaaaaab ? »
Je t'appelle une dernière fois avant de m'adosser à un arbre, puis je me laisse glisser jusqu'au sol. Même l'arbre ne me protège pas de la pluie. Au loin, au-delà des nuages, j'aperçois la faible lueur de la lune. Et c'est cette faible lueur qui dessine la silhouette de tes quatre gardes toujours en poste non loin de moi. Ils se tiennent debout, infatigables, stoïques, aux aguets, et la pluie ne semble pas les atteindre.
J'aimerai t'appeler encore une fois, crier ton nom encore une fois, mais les forces me manquent. Seule la fraîcheur de l'eau et de la nuit réveillant les parfums de l'herbe et des arbres me tiennent encore éveillés quelques secondes. Ils me rappellent ton odeur si particulière, l'arôme de ta peau, le goût de tes lèvres. Ce sont des souvenirs si lointains, mais on a parcouru tellement de chemin ensemble. Je sais que l'heure viendra où l'on me laissera t'approcher, mais ce n'est pas encore maintenant. Peut-être que je devrais patienter autant de temps à t'attendre que j'aurais passé de moments à tes côtés. Ainsi, toute chose est égale, et rien ne vient perturber le règne de la forêt.
Un matin, il fera beau, le soleil brillera, je serais encore mouillé, mais ce sera par la rosée de l'herbe et des arbres. Les quatre Elfes me montreront le chemin. Peut-être qu'ils me porteront eux-mêmes jusqu'à toi. Peut-être que tu auras dormis toi aussi pendant tout ce temps, et peut-être que tu te réveilleras à mon approche. Tu souriras sous le soleil, sous la canopée. Il me faudra encore grimper à ta rencontre.